Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 20:24

Traduction d’un article de Libera folio, média espérantiste gratuit en ligne.

Une parlementaire de l’Union européenne place ses espoirs dans l’espéranto.
Ljudmila Novak, membre slovène du Parlement européen, a présenté à la Commission parlementaire de la culture et de l’éducation une proposition pour l’introduction de l’espéranto comme langue commune de l’UE. En répondant aux questions de Libera folio, Ljudmila Novak explique que la proposition sera certainement refusée au vote, mais qu’elle peut cependant être utile pour lancer un débat sur les problèmes linguistiques et le rôle éventuel de l’espéranto.

Ljudmila Novak est membre du groupe chrétien-démocrate du Parlement européen, et dans son jeune âge elle a même étudié l’espéranto, que cependant elle ne pratique plus activement. En 2007, elle a participé au 7e congrès de l’Union européenne d’espéranto en Slovénie.

Sa proposition sur l’espéranto a été présentée le 21 janvier, quand la Commission parlementaire de la culture et de l’éducation traita du rapport sur le multilinguisme. Selon sa proposition d’amendement, au rapport devraient être ajoutés trois points, que voici :

...constate que le principe du respect de l’égalité des droits ne peut être garanti par l’utilisation d’une langue nationale (l’anglais) comme « lingua franca ».

...propose que, tout en conservant et utilisant les langues vivantes, en respectant la diversité linguistique et en favorisant l’étude de plusieurs langues, on réfléchisse à la possibilité et à l’utilité de l’introduction dans l’UE d’une langue construite commune, par exemple l’espéranto. Lui seul pourrait faciliter l’intercompréhension entre Européens et avec les habitants des autres continents, parce qu’il est simple d’apprentissage et d’utilisation.

...constate que l’introduction de l’euro comme monnaie commune européenne a grandement facilité le commerce entre les États, a stimulé la croissance économique et contribué à une plus grande stabilité dans l’UE. Des résultats similaires pourraient également être obtenus par l’introduction d’une langue de communication commune, qui en aucune manière ne chasserait ni ne limiterait l’utilisation des langues nationales et des autres langues utilisées dans l’UE.

"Libera folio" s’est adressé directement à Ljudmila Novak pour plus d’informations.

"Libera folio" : Pourquoi avez-vous décidé de faire votre proposition au sujet de l’espéranto ?

Ljudmila Novak : Parce que l’intercompréhension est difficile dans l’UE, bien qu’on étudie les langues étrangères. Il n’est pas juste qu’une langue nationale (l’anglais) soit utilisée comme langue commune.

Que pensez-vous de la politique linguistique actuelle des instances officielles de l’UE ?

- L’UE s’emploie à prendre en considération toutes les langues officielles de l’UE et agit pour renforcer le principe du multilinguisme. Malgré cela, la majorité des documents sont en anglais ou en français, au moins dans un premier temps, et ainsi les autres langues n’ont pas les mêmes droits.

Quel rôle, selon vous, l’espéranto pourrait-il avoir dans les instances officielles de l’UE, et plus généralement dans l’UE ?


- L’espéranto, en gardant simultanément les langues nationales, pourrait être une langue de communication commune entre les citoyens des différentes nations, particulièrement parce qu’il est facile, et que les citoyens moins doués pour les langues pourraient eux aussi l’apprendre rapidement.

Y aura-t-il un débat sur votre proposition ? Si oui, quand ? Et quels arguments présenterez-vous à cette occasion pendant la discussion, et quel résultat en attendez-vous ?


- Le débat de ma proposition a déjà eu lieu à la Commission pour la culture, le 19 janvier 2009. Actuellement, je n’ai pas encore de nombreux soutiens. Je souhaitais attirer l’attention des membres de la Commission, et leur suggérer cette possibilité. Mes amendements seront refusés lors du vote, mais ils seront lus et discutés dans tous les groupes politiques.

Ljudmila Novak invite tous ceux qui sont favorables à la proposition à exprimer leur soutien sur son blogue.

Nota  :
Toute erreur de traduction serait imputable à krokodilo.
Ces propositions de Ljudmila Novak, membre du Parlement européen, ont été enregistrées sous la référence PE 416.668v01-00, dans le cadre du rapport sur le multilinguisme, rapporteur Vasco Graca Moura, trois propositions de modifications de l’article 4.
 Lien vers son blogue

Partager cet article

Repost 0

commentaires