Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 18:33

Les eurodéputés protestent depuis longtemps contre les déplacements incessants entre Bruxelles et Strasbourg que les traités leur imposent (douze sessions plénières à Strasbourg). Ils ont récemment manifesté leur mécontentement en diminuant d'office la durée de leurs sessions strasbourgeoises (article du journaliste J.Quatremer). Ma solution est plus radicale qu'un simple choix définitif et unique de Bruxelles : un Parlement nomade.

Cela n'existe dans aucune démocratie ? Justement : l'UE est une construction unique au monde, on nous le répète assez souvent... Elle se doit donc d'innover en tout. Loin d'être trop mobile, le Parlement ne l'est pas assez !

L'UE, qui ne cesse de vanter la mobilité aux travailleurs, aux étudiants et à leurs professeurs, et de façon quelque peu obsessionnelle, ne serait pas capable d'en donner l'exemple ? On cite Erasme en exemple, on vante Erasmus, oui, mais pour les autres ?

Imaginez un Parlement qui, toutes les trois semaines, dresserait son chapiteau dans une ville différente, des plus grandes aux plus modestes, invitant les citoyens à venir assister aux débats : ce serait un retour à l'antique agora, une démocratie proche du peuple. Finis ces élus et ces fonctionnaires lointains et bunkerisés, soupçonnés, dans le meilleur des cas, d'élitisme, et de corruption néolibérale dans le pire.

Cela susciterait enfin un enthousiasme populaire que l'Europe actuelle, avouons-le, peine à créer.

- On va voir le cirque européen, maman ?
- Oui, chéri, mais il n'y a pas de clowns... Enfin, pas le même genre.

Cette identité européenne mythique, comment mieux la créer que par un lien direct avec la population, sans cesse renaissant dans les villes-étapes ? Nous pourrions bénéficier de l'expérience du Tour de France : une caravane de « mobil-homes » pour les députés et le personnel indispensable, tous reliés aux archives fixes de Bruxelles et Strasbourg par la technologie et Galileo.

Derrière suivrait la caravane des lobbyistes qui jetterait aux foules joyeuses des maïs OGM, des barres chocolatées à l'huile de palme, des biberons au bisphénol, des teeshirts "J'aime Monsanto" ou "Monsanto, je t'aime", "Irresponsable mais pas coupable", "Oui au boeuf américain", "Nucléaire, énergie propre", "Le téflon, c'est trop bon", vaporisant des euphorisants de synthèse sur les familles rassemblées au bord de la route. Les néolibs arriveraient en jeeps américaines de collection, les banksters en limousine, l'extrême droite en char d'assaut (démilitarisé), les partis écolos paraderaient en véhicules solaires ou hybrides, tandis qu'en queue de cortège viendraient quelques engins cahotants, affrétés par des ONG et des associations citoyennes désargentées.

Ce seraient des emplois créés à chaque étape : monteurs, électriciens, interprètes, ouvreuses... des CDD certes, mais enthousiastes. Et je vois d'ici la chaleur des petits cafés soudain emplis d'élus, de fonctionnaires et de journalistes excités, tous mangeant des produits locaux. Au passage, en revalorisant le mode de vie nomade, on atténuerait la mauvaise image de Roms, premier pas vers une meilleure intégration. En outre, on pourrait dormir chez l'habitant, nul doute que ces contacts favoriseraient les mariages mixtes... prémices d'une nouvelle génération d'euro-enthousiastes. Et le multilinguisme deviendrait enfin une réalité.

Le coût ? Assurément moindre : les villes se mettraient en quatre pour avoir l'honneur d'accueillir le Parlement. Le mauvais bilan carbone ? Certes, mais c'est le prix de la démocratie, et l'UE serait prête à basculer lors de la fin du pétrole : il suffira de revenir aux caravanes de chevaux, tout en gardant le même fonctionnement !

Pour une Union européenne mobile, vivante, grouillante, adaptable, humaine, authentique, folklorique, joyeuse et proche du peuple - des peuples - un exemple pour le monde entier. Mais je crains que les habitudes et la routine du confort ne l'emportent sur l'idéalisme.

Partager cet article

Repost 0

commentaires