Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 23:23

Fini les bibliothèques, terme poussiéreux qui fleure bon son 19e siècle, "has been" les médiathèques, fussent-elles universitaires, voici venu le temps des "Learning Centers", les cathédrales européennes du savoir.


Annoncée au cœur de l’été par la Région Nord Pas-de-Calais, la multiplication des Learning Centers n’a peut-être pas eu la publicité qu’elle méritait.

La naissance en France de ce concept est difficile à dater, peut-être 2007 :

« Les Learning Centers, véritables bibliothèques du XXIème siècle, sont des outils permettant l’accès, la maîtrise de savoirs thématiques et leur diffusion.
A l’initiative du Conseil régional, un réseau de Learning Centers se met en place. Inscrit au Contrat de projets État-Région 2007-2013 et au Schéma régional des formations, ce réseau accompagnera, selon les orientations de la stratégie de Lisbonne, la transition vers une société et une économie fondée sur la connaissance. »

Je dois avouer que cette info me file un coup de vieux, car moi qui n’ai connu qu’une digne et antique bibliothèque universitaire lambrissée, aux parquets grinçants et aux lumières faiblardes (ainsi que tout de même une autre plus moderne et moquettée, soyons honnête), je me sens vieilli et dépassé devant ces descriptions futuristes, dont le sens m’échappe parfois totalement, comme dans ce passage :

« Les Learning Centers, qu’ils soient d’initiative régionale ou universitaires, devront revêtir une unité de fonctionnement dans le cadre des cheminements d’apprentissage de chacun ainsi qu’une unité d’aménagement visuel. »

A mon époque, le « cheminement d’apprentissage », c’était l’escalier, et « l’unité d’aménagement visuel » - une table (lunettes en option).
Quoique à la réflexion, cela semble indiquer qu’ils fonctionneront tous sur le même principe qu’ils auront tous grosso modo le même plan et le même aspect - c’est vrai que payer à chaque fois un architecte...

 Curieusement, le principe de ces Learning Centers ressemble à celui la médiathèque de ma ville (on prend un livre ou un document audio ou vidéo, et on bosse)... Il ne faudrait pas me pousser beaucoup pour dire que quelqu’un a volé un concept déjà fort ancien, remontant au moins à la célèbre bibliothèque d’Alexandrie, concept qui n’était protégé ni par un brevet ni par la loi Hadopi – toujours cette distraction des savants.

J’espère que le Conseil régional du Nord Pas-de-Calais n’a pas payé l’idée trop cher...

D’ailleurs, à bien y regarder de près, ça ne semble pas si novateur :
« Les Learning Centers seront constitués de différents espaces :
 * des espaces d’accueil et de convivialité,
 * des espaces de consultation donnant accès à une large documentation diversifiée, sous la forme de collection papier traditionnelle ou de fonds numérisés,
 * des espaces de travail modulable, individuel ou collectif. »

En gros donc, une salle commune avec des tables, quelques emplacements individuels plus ou moins séparés, un bureau d’accueil avec du personnel, et un hall avec des bancs ou des fauteuils, sans oublier la touche de modernité : un distributeur de malbouffe et de boissons chaudes.

Au risque de paraître grincheux ou vieux con, je dois dire que de mon temps c’était mieux équipé, car dans cette liste il manque les toilettes, lieu indispensable à de longues heures d’étude s’il en est.

Mais peut-être que l’apprentissage soutenu de l’anglais modifie la physiologie humaine, allez savoir... La science progresse si vite.

Gageons que sous la pression des vessies populaires, ils ne tarderont pas à corriger cette carence – sans même me remercier, je parie.
(Suis-je bête : c’est inclus dans les "espaces d’accueil et de convivialité" : dans les temples du savoir, on ne pisse que par euphémismes.)
 
Après cette pause-pipi, revenons au vif du sujet : c’est probablement par sa proximité avec le cœur de l’UE que la région Nord Pas-de-Calais est à la pointe de la modernité. D’ailleurs c’est précisé en toutes lettres : « selon les orientations de la stratégie de Lisbonne ».

Mais si leur naissance fut discrète, leur ambition est grande, et les Learning Centers pourront se décliner selon diverses modalités :
« (...) et prenant en compte son histoire fortement attachée aux valeurs sociales, la Région Nord Pas-de-Calais a décidé de mettre en place un « learning center » Faits religieux. Il permettra à chacun de connaître, de s’approprier ou d’approfondir ses connaissances relatives aux faits religieux dans une approche non-confessionnelle. »
Enfin de véritables Temples du savoir !

Nul ne s’étonnera que les nouveaux étudiants ne communiquent pas dans le même langage désuet que vous et moi, le français. Il y a fort à parier que les dialogues à voix basse qui demain bruisseront dans ces lieux d’étude seront à jamais incompréhensibles aux gens de ma génération.
Quelque chose comme ça, probablement :


— Ah non, l’entrée est réservée aux Learning Students. Pour les simples étudiants, c’est là-bas : l’ancienne bibliothèque à côté du vieil Algéco qui sert aux travaux dirigés.

— Mais, comment, euh... je veux dire : how can I.. ?

— Allez au Secretary Office, ils vous feront une New Student Card, avec un European Erasmus Stamp, et vous pourrez enter.

— Thuck you. (confusion sémantique navrante entre Thank et f..k, due à l’abus de séries télé américaines)

Une fois entré grâce à son nouveau sésame anglophone, l’étudiant lambda devra naturellement moderniser aussi son langage, peut-être en s’inspirant de Martine Aubry et de sa société du « Care », expression qui a eu le succès médiatique que l’on sait :

— Where are the écouteurs, please, Mister Bibliothé-Care ?

Bref, the Europe must go on !

Laissons la conclusion (provisoire espérons-le) à un bibliothécaire qui, sur son blog , ne manque pas d’humour :
"Un learning center, au fond, c’est une Bibliothèque universitaire moderne qui fonctionne bien."

Partager cet article

Repost 0

commentaires