Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 17:50

Il s’agit de programmes destinés à lutter contre la violence scolaire, en favorisant le dialogue, la communication avec autrui. Ces programmes sont présentés aux élèves comme une matière scolaire, en général au collège, et sont déjà anciens au Canada et en Suisse. Ce sont en fait les derniers-nés de la famille, après la médiation pénale, la médiation dans les quartiers difficiles et celle des hôpitaux.

1. Principes

Extrait d’un projet pilote en Suisse (2003)

"Le projet ’Développer une culture de la médiation dans l’école’ a eu pour finalité d’aider les écoles à :

- offrir une qualité de vie marquée par les valeurs de justice, de solidarité et de respect des différences ;

- faciliter le développement de la citoyenneté et des compétences de communication saine. Prévenir toutes formes d’incivilités et de violences ;

- promouvoir les pratiques de médiation : écoute, entraide et gestion des conflits par la communication et la coopération de chacun."

Pour la théorie, elle est bien détaillée - presque trop - sur ce site :

Dossier Médiation

En France, les premières expérimentations remontent à 1993. Les projets se multiplient actuellement, soit par le biais d’associations soit par des initiatives institutionnelles ou par le système éducatif lui-même.

Le principal chercheur en médiation sociale et scolaire en France est J. P. Bonafé-Schmitt et son équipe de Lyon.

Principes de base de la médiation inter-personnelle (réf. : M. Souquet) :

"- bases théoriques : la médiation se situe au carrefour de plusieurs grands mouvements : la psychologie humaniste de Carl Rogers, la théorie de la communication de Grégory Bateson, la systémie de Virginia Satyr et de l’école de Palo Alto et la théorie de la négociation négociée de Fisher et Ury ;

- idée de base : il ne peut y avoir de vie sans conflit : un conflit n’est ni négatif ni positif : c’est ce qu’on en fait qui va être positif ou négatif.

La médiation permet aux personnes de transformer le conflit et à travers lui de se transformer.

Les principes de base de la médiation sont le respect de la différence, la non-violence, le contrat entre les parties, la créativité, le temps et la distance qui atténuent les émotions.

2. Quittons la théorie pour la pratique

Votre enfant a peut-être pour la première fois de la médiation à son programme scolaire. Soit, mais ça consiste en quoi ?

On invite les élèves par divers exercices à voir les bons côtés de leurs camarades, à dialoguer, etc.

Par exemple : chaque élève tire au sort et en secret le nom d’un de ses camarades de classe. Puis, pendant une semaine, il devra l’observer et noter ses qualités.

Si, par malheur, on ne trouve que des défauts à celui ou celle que le sort nous a attribué, à nous de faire travailler notre imagination pour voir le bon côté de cette personne (c’est même le but de l’exercice) : si c’est un gros con, on pourra dire en désespoir de cause qu’il occupe harmonieusement l’espace public, qu’il rassure par sa seule présence tous ceux qu’il n’a pas fait fuir, que son agitation et sa dépense calorique réchauffent la classe dont le radiateur est défectueux, etc. ! Si c’est une écervelée brune, on pourra dire qu’elle démontre que les blagues sur les blondes stupides sont infondées ainsi que discriminatoires ; si c’est une studieuse surnommée grosse tête ou "la bosse" ou "asdé", on pourra dire qu’elle va revaloriser la recherche française, etc.

Positivons, il en restera toujours quelque chose.

Autre exercice : à partir d’une page préétablie pleine d’adjectifs se rapportant au caractère, chaque enfant choisit les trois qualificatifs qui, d’après lui, lui correspondent le mieux, après quoi l’animateur lit les papiers les uns après les autres et les enfants doivent deviner de qui il s’agit d’après les trois items. Par exemple, qui s’est décrit comme "timide, gentil, appliqué", fous rires garantis !

Il va sans dire que cette liste préétablie ne comporte guère de qualificatifs dévalorisants, au pire ce sera timide ou lunatique.

Voilà, si votre enfant vous dit qu’il a fait médiation pour apprendre à devenir médiateur dans les prises d’otage comme à la télé, vous saurez ainsi de quoi il parle !

Autre site sur le sujet : EduSCOL

Partager cet article

Repost 0

commentaires