Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 19:27

Sur-titre
Titre :
Connaissez-vous Atlantis ? Un dérivé d’Erasmus mundus
Sous-titre
Descriptif :
Chapeau

Il ne s’agit pas de l’Atlantide, le continent européen englouti, ni de la navette Atlantis, mais d’un nouveau programme européen (2008) de coopération et d’échanges universitaires entre étudiants, centré, celui-ci, sur les USA et le Canada.

VOIR EN LIGNE :
Texte

« L’Union européenne consacre 6,8 millions d’euros
à la coopération universitaire avec les pays industrialisés d’Amérique du Nord »

Ou sa description par les USA :

La liste des projets sélectionnés en 2009 pour les USA-UE (doc en pdf) est accessible par le site européen d’Atlantis, qui se trouve être monolingue anglophone, mais qui en doutait ?

Il est particulièrement difficile de trouver le détail de la ou des langues d’enseignement… mais les « journalistes-citoyens » ne se laissent pas abattre par l’opacité de l’UE !

« English is by far the most commonly used language of instruction, but the majority of responding institutions indicate that their programs offered language training both at home and abroad. » (Europa)

En clair, tous les cours seront en anglais, et les étudiants pourront faire quelques heures d’initiation au dialecte autochtone, en option entre la visite des bodegas, le dîner choucroute-bière, ou la soirée flamenco authentique !

«  – la version originale anglaise faisant foi » Tiens ? Le français n’est plus la langue du juridique dans l’UE ? C’était pourtant son dernier domaine privilégié…

Le dossier de candidature pour les universités ne manque pas de sel, humour noir ou hypocrisie ?

« The form must be completed in one of the 23 official languages of the European Union. However, bear in mind that all partners have to be able to endorse the common proposal.”

Autrefois, les étudiants étrangers, s’ils souhaitaient faire des études chez nous, les faisaient en français - c’était clair, assez logique et naturel, non ? Actuellement, au nom de l’intégration de l’enseignement supérieur européen (quoi que cela veuille dire), on a mis sur pied des programmes communs à trois pays, de quelques mois chacun, et malgré ce que des monolingues disent sur la facilité d’apprendre des langues étrangères... personne n’a envisagé de demander à des étrangers hors-UE d’apprendre successivement le français, l’anglais et l’allemand pour les utiliser consécutivement pendant les quelques mois de stage !

Et quelle est la conséquence de cette volonté farouche d’accouplement européen des établissements supérieurs ? Les écoles supérieures et facultés qui ont mis un doigt dans l’engrenage des subventions européennes Erasmus, Erasmus mundus et maintenant Atlantis, organisent de plus en plus de cours en anglais - illégaux en France car anticonstitutionnels ! Mais on s’en tape, ce n’est que la Constitution française.
 
La morale de cette histoire, comme dirait le grand Shakespeare, immortel auteur de la fable "Le Corbeau et le Renard", longtemps après que l’UE fut devenue officiellement anglophone, le Corbeau francophone, honteux et confus, jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

En plus, certains sont fiers de leur abandon du français ! Comme l’ECE, Ecole de commerce Bordeaux-Lyon :

« L’ECE est la 1ère Business School en France à obtenir un financement de la Commission Européenne pour la mise en place d’un diplôme transatlantique permettant à ses étudiants de bénéficier d’un TRIPLE diplôme européen et américain. »

« Les élèves suivent un cursus totalement en anglais en management, marketing et finance durant le 1er semestre de 3ème année à l’ECE Lyon qui débute par une session intensive linguistique et culturelle. Ils enchaînent le second semestre à l’Université de Linköping en Suède. Ils effectuent ensuite leur dernière année de formation aux Etats-Unis, avec une spécialisation dans les technologies de l’information, afin d’obtenir un diplôme bac+4 (Bachelor américain). »

Les Etats-Unis, quoique massivement endettés auprès de la Chine, sont toujours ravis d’investir en faveur de l’anglais, que ce soit en Amérique du sud ou en Europe :
« Les subventions accordées conjointement par l’UE et l’Etat Fédéral US permettent non seulement le bon fonctionnement de ce programme (nombreuses visiting sessions, voyages d’études, encadrement personnalisé, cours de haut niveau…), mais aussi l’octroi de Bourses d’études très significatives aux étudiants (1 200€ par mois). »

« L’ECE est donc l’Ecole pionnière en France pour Atlantis, programme très complexe à monter et à gérer, mais qui préfigure le futur « Erasmus » entre l’Europe et les Etats-Unis. »

En tout cas, ils ont très probablement raison sur un point, ce programme préfigure le future de l’UE anglophone !

La présentation qu’en fait l’université Bordeaux 1 :
« MASTERS EN PARTENARIAT INTERNATIONAL nouveau Master en partenariat international états-Unis/ europe : « international interdisciplinary Master- laser Materials and interactions (iiM-lMi) » retenu dans le cadre du programme euro-américain atlantis »
(doc en pdf )

Une synthèse des programmes coopératifs entre pays, par Patricia Pol, Vice présidente- Université Paris-Est, Expert de Bologne (Doc en pdf) qui consent simplement à signaler parmi la liste des problèmes rencontrés par ce type de programmes le mot « langue », sans plus de précisions…A gros problème, petit commentaire !

Personnellement, mon anglais n’étant pas suffisant pour un « master » Atlantis aux « States », je vais me rabattre sur la rediffusion de la série Stargate Atlantis (photo), doublée en français car c’est bien plus agréable que la VO, et ça maintient une industrie cinématographique francophone active en faisant travailler les doubleurs.
 
Se détendre en soutenant la francophonie, quoi de plus satisfaisant pour l’esprit ?

Cette UE anglophone vendue aux multinationales (on s’apprête à confier la pharmacovigilance clé en mains à l’industrie pharmaceutique) vaut-elle vraiment tous les sacrifices que sa construction nous impose, à commencer par le déclin de la langue française ? Le débat est open, c’est quand même plus important pour notre avenir que l’open de tennis, non ?

Après Erasmus mundus, Atlantis est donc le nouveau cheval de Troie de l’anglais dans l’UE, laquelle n’en avait pourtant nul besoin… A ce stade-là, on peut parler de troupeau de Troie !
 
Quant on voit comment ont fini les Troyens dans le film avec Brad Pitt en samouraï méditerranéen blond aux yeux bleus (!), grande épopée sur le culte du guerrier et notre trouble fascination pour la barbarie qui nous habite, quand on voit combien la sempiternelle lutte pour le pouvoir n’a pas changé d’un iota, on se dit que la guerre des langues a encore de l’avenir...
 
En parlant de Méditerranée : les Romains ont jadis imposé leur civilisation et le latin jusqu’aux confins de la Bretagne, marquant même leur territoire par le mur d’Hadrien, et maintenant voici que, grâce à l’UE, l’anglais va progressivement se répandre sur ces eaux bleues ! Ironie de l’Histoire.

Ou encore, sous forme de devinette pour les petits Européens : sachant que l’intégration universitaire aboutit à l’anglicisation des universités, à quoi aboutira l’intégration de la Méditerranée ?
Overview.
Europe’s shared seas and particularly the largest of them, the Mediterranean, bring both growth and jobs, but only good governance and integrated management may secure their sustainable exploitation.
In the Mediterranean, over twenty different coastal states share one marine space hosting diverse and intense maritime activity and at the same time facing problems which cannot be solved by States or industries acting alone. »
Et aussi : Integrated Coastal Zone Management

L’intention est bonne, mais on ne voit pas bien pourquoi chaque État ne serait pas fichu de faire des stations d’épuration s’il avait la moindre fibre écolo, ou le moindre respect pour une mer qui a joué un rôle si important dans l’histoire des peuples qui la bordent. Sans parler des Japonais qui épuisent les thons.

Mais cette arrivée en force de l’anglais en Méditerranée n’est que justice : après tout, Shakespeare n’est-il pas l’immortel auteur de L’Illiade et l’Odyssée ?
 
Dans un monde multipolaire, il est probable que l’UE a sauvé l’anglais du déclin. Temporairement ? That is the question.

Partager cet article

Repost 0

commentaires